Archives pour la catégorie Presse

Tous les articles de la mobilité douce dans la presse.

Article dans le Dauphiné Libéré / piste cyclable mairie d’Annecy

Voici l’article paru dans le Dauphiné Libéré du 07/04/21, suite à notre communiqué de presse au sujet de la nouvelle piste cyclable le long de la marie qui sera opérationnelle le 1er juin

 

L’été dernier, l’association pour la promotion du vélo Roule & Co d’Annecy avait déploré la suppression de la “coronapiste” provisoire, quai Eustache-Chappuis.

Cette fois, elle délivre un satisfecit aux élus d’Annecy, qui ont présenté jeudi 1er avril la nouvelle version de la piste cyclable, dont l’aménagement doit démarrer mardi 6 avril pour une mise en service le 1er  juin.

Un tracé un peu moins direct que l’an passé

« Le tracé est un peu moins direct que l’an dernier, mais il répond aux impératifs de sécurité et d’efficacité d’un tel aménagement. Il évite notamment aux cyclistes de croiser l’entrée du parking souterrain de l’hôtel de ville, qui était l’un des points délicats de la version 2020 », souligne Roule & Co.

Selon elle, le choix de supprimer partiellement, sur le quai Eustache-Chappuis, une voie de circulation sortante (de Sevrier vers Annecy) plutôt qu’entrante comme l’an passé, « devrait rassurer ceux qui pensaient que les bouchons rive ouest, dès Duingt, étaient causés par cette piste. »

Pour l’association, l’inquiétude de certains commerçants à propos des modifications d’accès à la poche du lac pour les voitures est injustifiée. Étude du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) à l’appui (*), montrant que « les commerces de centre-ville sont avant tout fréquentés par les personnes habitant en centre-ville, et [qu’]une minorité s’y rend en voiture ».

En réalité, les chiffres de l’étude varient selon que l’on est dans une grande agglomération ou une ville moyenne, mais Roule & Co fait aussi observer que la poche du lac, délimitée par les rues du Lac, Camille-Dunant, Joseph-Blanc et la rue du Collège-Chappuisien offre « une faible capacité de stationnement. »

« Il y a fort à parier [que les commerçants] surestiment la part de leurs clients venant en voiture et stationnant dans la poche du lac a fortiori », observe l’association.

Roule & Co rappelle encore que « depuis dix ans, la liaison Marquisats-Bonlieu est un des points noirs majeurs que Roule & Co signale à la mairie. »

En 2019, le baromètre des villes cyclables de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), auquel 2 000 cyclistes annéciens avaient contribué, répertoriait le quai Eustache-Chappuis comme l’un des principaux points noirs cyclables en termes de sécurité, derrière l’avenue de Genève, l’avenue de Brogny ou encore le boulevard de la Rocade.

(*) “Mobilité et commerces : quels enseignements des enquêtes déplacements ?”, 18 juin 2020. Sur www.cerema.fr   (actualités/mobilités)

 

Communiqué de presse / bilan d’une politique cyclable annécienne

Voyage dans le temps : retour à l’école

Lors de la campagne des Municipales 2014, Jean-Luc Rigaut (Annecy et président du Grand Annecy), comme Christiane Laydevant (Meythet), Françoise Camusso (Seynod) et Jean Boutry (Cran Gevrier), avaient signé le “Manifeste Vélo : Pour une politique volontariste pro-vélo sur le bassin annécien” de Roule & Co.
Ce manifeste listait une série d’engagements pris par chaque candidat en vue de développer l’usage du vélo pour les déplacements quotidiens des Annéciens.

Alors que la campagne 2020 est déjà bien lancée pour plusieurs listes et candidats, l’heure du bilan est venue. Et force est de constater que, si quelques engagements ont été tenus, le compte est loin d’y être pour l’essentiel des points, et non des moindres.
Certes le contexte est particulier, avec une fusion des communes à mi-mandat. Cette réorganisation a freiné le travail des techniciens de la ville, mais a permis à Jean-Luc Rigaut de prendre la main sur un périmètre plus important et plus cohérent pour l’échelle du vélo. Nous le résumons sur un bulletin de notes où l’élève Jean-Luc Rigaut et son équipe n’obtiennent malheureusement pas la moyenne. (voir PJ)

Ainsi, l’un des principaux engagements pris en 2014 était d’offrir aux Annéciens des infrastructures sûres et efficaces. Nous saluons la quasi-généralisation des double sens cyclables, des sas et des cédez-le-passage cyclistes aux feux ; mais cela est bien insuffisant face à la faiblesse de l’évolution du réseau des infrastructures cyclables pendant ce mandat.
Les quelques nouveaux aménagements réalisés pendant ces 6 années relèvent plus du “saupoudrage” que de la réalisation d’un réseau cyclable cohérent et sans discontinuités pour la ville. Il reste encore trop de points noirs, soulignés depuis des années par les pratiquants et Roule&Co, pour que les cyclistes potentiels de tout âge et de toute expérience se (re)mettent en selle.

Les signataires s’étaient également engagés à activement inciter les Annéciens à adopter la “solution vélo”, à travers des campagnes de communication ainsi que des actions en entreprise et en milieu scolaire. Certains efforts sont louables, comme le déploiement d’une flotte de VAE en location longue durée, mais là encore ils pâlissent face aux insuffisances constatées sur la plupart des engagements pris.
Mises à part les communications occasionnelles sur les médias municipaux, la seule campagne d’affichage concernant le vélo pendant le mandat a fustigé le comportement des cyclistes, plutôt que de mettre en avant les bénéfices de ce moyen de déplacement.
Aucun effort n’a été fait pour inciter parents et enfants à se rendre à l’école à vélo, que ce soit sur le plan de la communication, des aménagements cyclables à proximité des établissements scolaires, ou dans la réduction du trafic automobile à proximité de ces lieux.
Et enfin, pas ou peu de ressources dédiées au développement du vélo à Annecy, ni d’objectif précis d’augmentation de la part modale du vélo, alors qu’il s’agissait du premier élément apparaissant sur le Manifeste Vélo 2014.

Il est regrettable que ces engagements pris par les candidats pendant la campagne n’aient pas été respecté. Ces promesses non tenues ont fait perdre un temps précieux à la ville pour devenir réellement cyclable, et ainsi répondre aux grands enjeux actuels que sont la qualité de l’air, le changement climatique, la congestion ou encore les problèmes médicaux liés à la sédentarité croissante de la population.
Il est encore plus regrettable qu’en parallèle, les efforts aient été concentrés sur l’usage de la voiture, avec une très belle entrée de ville en 2×2 voies sur l’avenue de Genève, un immense chantier sur Epagny Metz-Tessy avec les amis du Département ou un coûteux projet de tunnel sous un Semnoz qui n’en demandait pas tant.

Vous nous trouvez sévères avec l’équipe sortante ?

Malheureusement pas plus que les annéciens !
Les résultats du baromètre cycliste de la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) viennent d’être dévoilés. Ils sont visibles sur https://www.parlons-velo.fr/.

Ce questionnaire a été rempli par près de 2000 annéciens entre septembre et décembre 2019. Notons au passage qu’Annecy a été la 2ème ville de France pour son taux de réponse par habitant (preuve que le sujet ne laisse pas indifférent) et remercions la ville qui a joué le jeu en relayant l’enquête sur ses réseaux sociaux.
La note globale diminue, passant de 3.33 à 3.15 par rapport à 2017. 60% des répondants estiment que la situation des cyclistes a stagné ou – pire – s’est dégradée. Annecy reste dans le gros du peloton, sans se démarquer des autres villes comparables alors que le potentiel est là : une ville compacte, des problèmes de pollution et d’embouteillages. Saluons au passage la performance de Grenoble : la politique cyclable assumée fait passer la ville devant Strasbourg – la référence historique française.
Les bonnes notes pour Annecy concernent la possibilité de louer un vélo (bravo pour la flotte Velonecy !), l’instauration des double sens cyclables ou un usage du vélo démocratisé. Mais voilà, les cyclistes jugent sévèrement l’insécurité routière ressentie, que ce soit sur les grands axes ou les intersections. La plus mauvaise note est obtenue sur la sécurité des enfants et des personnes âgées. Or l’enjeu est là : si on veut plus de cyclistes sur la route, il faut qu’ils se sentent en sécurité. Est-ce compatible avec la présence massive de voitures ? Nous en doutons fortement.
Sur le territoire du Grand Annecy, notons également la bonne participation des habitants de 2 autres communes : Epagny Metz-Tessy et Fillières, preuve que le vélo intéresse également en dehors des zones urbaines. On y retrouve les mêmes problématiques d’insécurité routière et la même attente vis-à-vis du vélo.

Alors comment faire ?

Le vélo est un des thèmes forts des élections municipales 2020. Sous l’impulsion nationale portée par la FUB, Roule & Co propose de nouveau aux candidats de s’engager sur une série de mesures qui tendent à rendre la ville plus cyclable. Nous invitons tous les candidats à signer ce questionnaire et informerons bien entendu les électeurs des engagements pris. Chaque citoyen peut aussi s’abonner, sur la même page, pour recevoir les réponses des candidats lorsqu’elles seront publiées. Ce manifeste nous servira de fil rouge pour suivre les élus tout au long de leur mandat.

D’ici là, vous pourrez également venir assister à la conférence d’Olivier Razemon que nous organisons le jeudi 20 février à 19h en salle des Eaux et Forêts à Annecy. Olivier Razemon est journaliste indépendant spécialisé dans la mobilité du quotidien. Collaborant avec le quotidien Le Monde, il est l’auteur du blog « L’interconnexion n’est plus assurée » et de plusieurs ouvrages de référence dont « Le pouvoir de la pédale »

Candidats, engagez-vous !
Electeurs, suivez les nouvelles de Roule & Co !

Bulletin de notes JL Rigaut
Les synthèses du baromètre FUB par ville :
Annecy
Epagny Metz-Tessy
Fillière